Concarneau Cornouaille Agglomération
Commune de Melgven
Chapelle de Bonne Nouvelle

La chapelle de Bonne Nouvelle en pierre de taille dédiée à notre Dame de Bonne Nouvelle, existait déjà au début du 16ème siècle en remplacement de la chapelle dite de Creach-higuel. En forme de la croix latine avec chevet plat, elle fut reconstruite en deux campagnes : le choeur et le transept en 1769, la nef entre 1825 et 1829. On observe des statues en pierres : la Pieta et Saint Abbé.

Le retable en bois classé aux monuments historiques date de 1650 à 1770. Très ouvragé, il abrite onze personnages de tailles diverses. Au centre de la composition se trouve une grande statue de la Vierge à l'Enfant. Parmi les autres statues occupant les niches figurent saint Jean, saint Jacques avec son bourdon, saint Sébastien, saint Jacques, saint Roch costumé en paysan, sainte Barbe et sa tour, saint Mathurin et saint Bieuzy, ainsi que trois abbés et des angelots. Dans le transept, deux autres retables de la même facture sont placés au-dessus de deux autels. Le pardon a lieu le 3ème dimanche d'août, on y offrait du blé.

Chapelle de Coat an Poudou

Dédiée primitivement à Saint Cado jusqu'au 17ème puis à notre Dame, elle comprend une nef de cinq travées avec bas côté et chevet plat. Son nom signifie "Bois des Poteries" (près de la chapelle, se trouve un champ où jadis les labours ramenaient à la surface des tessons de poteries préhistoriques ). C'est un édifice très soigné remontant au 16 ème siècle, une chapelle basse, typiquement bretonne, en pierres de taille appareillées. Le portail ouest en anse de panier est surmonté d'une accolade ornée de choux frisés. Du mobilier, il ne reste plus qu'une vierge et une statue de saint Cado. Saint Cado était le fils d'un prince gallois qui naquit au 6ème siècle qui  fonda le monastère de Landcarvan. Les autres statues se trouvent en l'église paroissiale. La nef à file de colonnes ouvre sur un chevet plat identique à celui de la chapelle Saint-Grégoire de Cadol. La chapelle fut classée en 1949. Le pardon de Saint-Cado avait lieu le dernier dimanche de Septembre. Les offrandes consistaient en poules blanches et petits sacs de blé. Le calvaire voisin porte un écusson aux armes de la famille Du Perrier de Coetcanton. 

Chapelle de la Trinité

La chapelle de la Trinité ( édifiée vers 1535), fut fondée au 16ème siècle par la famille Kergoat, et restaurée en 1756 et en 1856.  Il s'agit d'une oeuvre de l'atelier de Saint-Herbot. La maîtresse vitre restaurée aux mêmes dates renferme des fragments de vitraux de bonne facture : saint Pierre, sainte Trinité, saint Christophe, sainte Barbe et des écussons aux armes des anciennes familles propriétaires du manoir de Coat Canton, les Du Perrier de Coetcanton et Kerloaguen, et leurs alliances. La chapelle abrite les statues de la Sainte-Trinité, saint Pierre, saint Yves, saint Herbot, saint Cornely, saint Tugdual, saint Etienne, saint Jean et la sainte Vierge.  La frise de la chapelle s'étend jusqu'au milieu de la nef. On peut y observer, cavaliers, chiens jouant du biniou, dragons, anges au milieu de pampres de vignes. Les sablières, sont ces éléments de charpentes datés de 1653; on y repère des scènes pittoresques admises; ces sculptures polychromes avaient autrefois un objectif bien précis: celui d'éduquer «  la population de ce village de tisserands, peu lettrés, à des représentations qui éveillent l'imaginaire »; par exemple, deux lièvres jouent de la bombarde assis sur le dos d'épagneuls bretons. On peut y observer aussi des licornes qui s'affrontent, symboles de fécondité spirituelle et de pureté. Férus de chasse, les nobles qui finançaient ces oeuvres d'art se retrouvent sous les traits de cavaliers. Comme une promesse de paradis, des anges déploient une banderole où on peut lire le début du Te Deum. De part et d'autre des poutres principales, des têtes de dragons aux écailles d'argent qui gardaient les portes de l'enfer. Très pédagogique, un crapaud hideux près d'un vigneron, qui figurait les excès et dangers de la boisson. On trouve la statue de Sainte Barbe, sainte patronne des pompiers; mais inefficace car au milieu du 19ème siècle, elle brûla. Un pavement peint en grès du 18ème siècle est un des rares subsistant à notre époque. Le dallage est situé au sol du choeur et décoré d'hermines, éléments des armoiries des Kerguelen, et de molettes.

65 marches permettent d'accéder au clocher et d'admirer une magnifique vue. La cloche est remarquable. La chapelle fut pendant très longtemps une étape pour les pèlerins du "Tro Breiz". Elle fut classée monument historique en 1915.

Chapelle de Cadol

Dédiée également à Saint Cado, elle date, tout comme le calvaire, du 16ème siècle. C'est une ancienne église de Melgven, réunie à Melgven après la Révolution et édifiée par les seigneurs du Minuellou. Le clocher actuel fut érigé en 1630 et le porche en 1651. Une travée obscure  renfermait l'ossuaire et les fonts. On trouve des pierres tombales, dont une datée de 1709 et des statues anciennes en pierre, et en bois polychromes.

En 1915, le clocher est touché par la foudre. La plupart des historiens ont vu dans une des statues du 17ème siècle une représentation de saint Tudwal, ou Tugdual, fondateur de l'évêché de Tréguier. La triple tiare semble pourtant indiquer qu'il s'agit plutôt du pape saint Grégoire, auquel est dédiée la chapelle de Cadol. La chapelle abrite les statues de saint Corentin, saint Grégoire, sainte Barbe, la Vierge-Mère et une Pietà. L’ancienne cuve baptismale, en granit, se trouve à l’extérieur, près de la porte principale. Sur le placitre on aperçoit un calvaire, puis deux vieilles dalles tumulaires, dont l’une porte la date 1785. On remarque un portail de baptêmes.

Le pardon de Cadol a lieu le dimanche avant l'Ascension.

Chapelle Saint Antoine

Anciennement dénommée « chapelle Saint-Congar », du nom d'un saint breton du 7e siècle, elle fut édifiée en fin 16ème siècle, et restaurée en 1689 (date inscrite sur le pignon), elle abrite les statues de saint Antoine ermite, saint Fiacre, d'un saint évêque, de la Vierge Marie, et de saint Augustin. La chapelle à l'époque privée, dépendait du seigneur du Fresq, dont le château se trouve non loin ou du manoir de Kercongar situé à proximité. Le pardon a lieu le 1er dimanche de septembre.

Une stèle taillée de l'âge du fer a été replacée près de la chapelle (750 - 450 avant J.-C.). La fontaine miraculeuse en contrebas est aujourd'hui laissée à l'abandon.

Vos démarches administratives

Démarches
administratives

Réservation des salles

Réservation
des salles

Bibliothèque

Bibliothèque

Tourisme

Tourisme

Enfance et jeunesse

Enfance et jeunesse

Adresses utiles

Adresses utiles

Mairie de Melgven
4, place de l'église
29140 Melgven

Tél. 02 98 97 90 11
Fax 02 98 50 92 30
Contact
Mairie
Lundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi
De 8h à 12h et de 13h15 à 17h
Samedi : de 9h à 12h